Un gâchis de plus au sommet du Moléson ?

Communiqué de presse. Jeudi 22 septembre 2011
 

Les Verts de la Gruyère ont pris connaissance avec préoccupation du projet de l’armée suisse d’installer sur le sommet du Moléson une antenne haute de 40 mètres. Sur le fond du projet, les Verts de la Gruyère sont attristés de voir apparaître un projet supplémentaire qui dénature un peu plus un des joyaux du patrimoine paysager et touristique de la région et du canton. Ils s’inquiètent par ailleurs de la politique générale de laisser-aller notamment en matière d’aménagement du territoire qui semble bien être la cause profonde de l’émergence de cette nouvelle antenne.

Concernant les besoins de l’armée suisse de construire cette antenne, les Verts de la Gruyère ne sont pas compétents pour répondre. S’il est probable qu’une antenne supplémentaire soit nécessaire pour la défense nationale, il est pourtant préoccupant qu’elle soit installée au sommet du Moléson ! Mais, finalement, ce dossier n’est peut-être pas une surprise. Le sommet du Moléson a déjà été particulièrement abîmé par le projet surdimensionné de nouvelle halte de la télécabine. Les autorités locales n’auraient-elle pas du s’inquiéter des effets sur le sommet de la montagne-emblème du canton de cette énorme construction ? Aujourd’hui, il n’est pas étonnant que l’armée suisse ne montre pas plus de considération à sauver le paysage suisse que ne le font les autorités cantonales ou la préfecture de la Gruyère !
S’il est particulièrement dommageable pour l’image de la région que cette antenne vienne s’implanter sur le sommet du Moléson, les Verts de la Gruyère admettent qu’il ne serait pas mieux de l’avoir sur un sommet voisin encore préservé. Dès lors, autant l’implanter, si vraiment elle doit être présente en Gruyère, sur un sommet dont les constructions en cours ont déjà gâché le profil pourtant tant de fois immortalisé en carte postale.
Les Verts de la Gruyère constatent une fois de plus qu’il est nécessaire de mieux gérer l’aménagement du territoire dans ce canton et que les conséquences du laisser-aller actuel ne sont pas seulement visibles dans nos campagnes, sur nos routes, dans les transports en communs inexistants ou saturés, mais désormais même aux sommets de nos monts !
 
Pour les Verts gruériens,

Matthieu Donzallaz, responsable régional

, mathieu.donzallaz@verts-fr.ch