Ligne à haute tension Yverdon – Villarepos – Galmiz : la variante sous-lacustre doit être réévaluée sérieusement

Communiqué des Verts de la Broye fribourgeoise, 11 octobre 2011

Le projet de construction d’une ligne à très haute tension 380 kV aérienne entre Yverdon et Galmiz est un véritable serpent de mer depuis plus de 30 ans. L’évolution récente de la politique énergétique de la Confédération – abandon du nucléaire avec arrêt progressif des 5 centrales existantes et passage à un approvisionnement décentralisé par les énergies renouvelables – implique une réévaluation des différentes options de tracé des lignes de transport. A l’instar du Canton de Neuchâtel pour le tracé Mathod – Cornaux (tracé nord du Lac de Neuchâtel), les Verts de la Broye fribourgeoise demandent que la variante sous-lacustre du tracé du Sud du Lac – analysée en 2007-2008 – soit réétudiée et approfondie.

D’après Alpiq, la construction de l’autoroute A1 étant déjà achevée, une variante enterrée n’est pas envisageable entre Yverdon et Galmiz. Seul un tracé aérien de la ligne à très haute tension est possible (tracé sud du lac de Neuchâtel). La possibilité de faire passer la ligne dans le lac de Neuchâtel a bien été étudiée en 2007-2008, mais, selon Alpiq, les résultats ont démontré que cette variante n’était pas réaliste pour des raisons techniques. (source : http://www.alpiq.ch/fr/projets/projets-de-reseau/nos-projets/yverdon-galmiz/yverdon-galmiz.jsp)

La même réponse négative a été donné par Alpiq au Gouvernement neuchâtelois en ce qui concerne le tracé nord du lac de Neuchâtel entre Mathod et Cornaux. Cela dans le cadre d’une augmentation de capacité de la ligne existante. Le Canton de Neuchâtel étant en train de revoir complètement son plan directeur, a demandé à ce que la ligne actuelle, qui passe sur les crêtes et au travers de la zone protégée du Creux-du-Van, puisse être déplacée, si possible dans le lac. Malgré cette réponse négative, le Canton de Neuchâtel a maintenu sa position en juin 2011 et réitéré sa demande à ce que la variante sous-lacustre soit approfondie jusqu’au bout en effectuant la pesée des intérêts conformément aux procédures. (source : http://www.ne.ch/neat/documents/environnement/200_7000/410_PDC10_Consultation_Documents_files/Rapport_consultation.pdf).

L’évolution récente de la politique énergétique de la Confédération – abandon du nucléaire avec arrêt progressif des 5 centrales existantes et passage à un approvisionnement décentralisé par les énergies renouvelables – implique une réévaluation des différentes options de tracé de lignes de transport. Cela sans a priori technique ou financier.

Depuis plus de 30 ans, le projet de construction de la ligne à haute tension 380 kV aérienne entre Yverdon et Galmiz suscite le débat et de vives inquiétudes auprès des populations fribourgeoise et vaudoise. Une association a été créée par les habitants du district du Lac et dans diverses communes broyardes (voir : http://www.htst-cestpossible.ch/).

A l’instar du Gouvernement neuchâtelois, les Verts demandent donc que la variante sous-lacustre du tracé sud du lac de Neuchâtel soit réévaluée sérieusement. En effet, l’ensemble des acteurs en présence, habitants, nature et paysage, entreprises électriques et autorités en charge, ont tout a gagner à ce que la ligne à haute tension Yverdon et Galmiz se réalise le plus aisément possible, dans l’optique de la nouvelle politique énergétique nationale.

Contact :

Roman Hapka, Responsable des Verts de la Broye fribourgeoise, roman.hapka@verts-fr.ch