Le canton au pied de sa zone à bâtir

Communiqué de presse du 5 juillet 2012

La révision de la LAT oblige les cantons à redimensionner leurs zones à bâtir. Pour notre canton cela se traduit par une vraie responsabilité : concilier son exceptionnelle croissance avec sa lutte contre l’étalement urbain. es Verts fribourgeois s’engagent résolument pour des mesures qui encadrent sa croissante démographique de manière à faire un usage mesuré de son sol.

Le rejet par le canton du Valais de la révision de la LAT a le mérite de montrer les défis qui attendent les cantons. Les Verts fribourgeois saluent les dispositions contenues dans cette révision, même si elles laissent dans le vague la définition des critères de dimensionnement de la zone à bâtir et ne résolvent en rien la question absolument centrale de la densification urbaine. Ils estiment donc qu’il est essentiel que le Grand Conseil ne donne pas suite à la demande du Valais.
Pour le canton de Fribourg, et pour contribuer au débat souhaité par Maurice Ropraz, les Verts fribourgeois considère la révision de la LAT comme une opportunité à saisir pour procéder à une profonde révision du chapitre « Urbanisation » du plan directeur cantonal, ainsi qu’à l’introduction dans la législation cantonale de dispositions relatives au prélèvement d’une plus-value cantonale supérieure à 20%. Ils estiment aussi que des dispositions visant à assurer la disponibilité des terrains à bâtir sont essentielles. Ils proposent donc que la législation cantonale introduise des mesures effectives en faveur d’améliorations foncières urbaines et de délais impératifs de construction, assortis de sanctions.
Les Verts fribourgeois s’engageront surtout résolument en faveur de mesures pour permettre une densification effectives des zones déjà urbanisées. C’est là en effet le point faible de toute la législation actuelle, tant fédérale que cantonale. Les restrictions à l’étalement urbain, telles que voulues aussi par l’initiative Pro Natura, ne permettent pas de limiter le report systématique de la croissance démographique et économique de notre pays hors de ses régions urbaines. C’est ainsi que l’étalement s’étale encore d’avantage, puisque cette croissance ne trouve pas la possibilité de se localiser dans les régions déjà urbanisées.
Le canton de Fribourg a une responsabilité accrue quant à la densification de son urbanisation en raison de sa forte croissance. Il ne peut pas continuer à contribuer à plus d’étalement en étant, comme jusqu’à maintenant, le ventre-mou de l’urbanisation de la partie occidentale du plateau suisse, là où s’étale le trop plein de croissance des agglomérations voisines. Le développement qualitatif de notre canton est à ce prix si nous voulons éviter sa transformation en canton-dortoir.
Finalement, les Verts fribourgeois n’oublient pas que cette densification urbaine doit répondre aussi aux besoins et aux souhaits de tous les locataires qui veulent vivre dans une ville vivable. Il ne s’agit pas seulement de protéger le paysage et les terres agricoles.
Pour tout renseignement, contactez Laurent.Thevoz@verts-fr.ch ou MarcAntoine.Messer@verts-fr.ch