Opposition à la construction de 3 immeubles à Bulle

 Communiqué de presse du 10 octobre

Mises é l’enquête de la construction d’immeubles à la rue Auguste-Majeux à Bulle

Le groupe bullois des Verts fribourgeois a pris connaissance des mises à l’enquête pour la construction de 3 immeubles sur le terrain de l’ancienne entreprise Bultech à Bulle, à l’orée de la forêt de Bouleyres. Ce projet constitue la première étape dans la réaffectation de la zone concernée par le MEP Bouleyres et de la Tioleire présenté en mars dernier par le conseil communal.

Contexte

Par nécessité de préservation des surfaces agricoles et du paysage, les Verts saluent la politique communale de densification entreprise ces 10 dernières années. Sous peine de manque de terrains, de mitage du territoire, l’extension des zones de villas n’est en effet plus soutenable sur le long terme. Afin de favoriser la qualité de vie pour l’ensemble de la population bulloise, il est préférable de desservir les zones densément peuplées avec des transports en commun performants, de placer ces dernières proches des grands axes routiers existants et d’aménager des axes de mobilité douce (piétonne et cycliste) à travers la ville.

Prise de position

Connaissant les objectifs de croissance effrénée de la commune de Bulle qui pourrait, selon certaines études, atteindre 35000 voire 37000 habitants en 2025, on peut comprendre que depuis quelques mois les abords de la cité sont abandonnée à la folle construction de tours de six étages. Cependant, les Verts bullois souhaitent attirer l’attention sur le fait que ces tours ne peuvent pas être placées n’importe où au gré des opportunités que des promoteurs ont de trouver des terrains à bâtir. Justement, en ce moment, Bultech vient de quitter le territoire de la ville et libère 6569 m2 de friche industrielle et de terrain non bâti en zone péricentrale, autorisant des immeubles de 18.40 m de hauteur.

Le terrain se situe à tout juste 500 m à vol d’oiseau de l’arrêt de transport public le plus proche. Les architectes ont retenu le nombre de places de stationnement le plus bas possible que leur autorise le règlement afin d’influencer favorablement les résultats de l’impact du trafic dans l’étude de mobilité. Légalement, le projet satisfait les règles d’accessibilité et de mobilité.

Cependant, dans la réalité, la situation sera toute autre. L’arrêt se trouve à 770 m à pied et la grande majorité des couples et familles auxquelles sont destinés les logements possèderont probablement deux véhicules. Les véhicules supplémentaires stationneront sur le parc public du stade, régulièrement saturé, et augmenteront également le trafic sur le chemin de Bouleyres et la rue du Stade. Sous cet angle, le projet ne satisfait plus les conditions réglementaires de mobilité.

Les Verts bullois rappellent encore que, selon le plan directeur de l’agglomération MOBUL, la zone recouvrant l’ancienne entreprise Bultech et le terrain non bâti environnant se trouve à l’extérieur du périmètre compact de l’agglomération. Cette zone est destinée à devenir un parc d’agglomération ou un espace vert structurant, et en aucun cas un alignement de 15 tours de 6 étages.En fonction de ce qui précède, les Verts bullois recommandent à la préfecture de la Gruyère de ne pas octroyer le permis de construire au projet susmentionné, et à la commune de Bulle de commencer à adapter son plan directeur à celui de l’agglomération.

Contact: Nicolas Pasquier, responsable des Verts bullois