Mots d’ordre pour les votations fédérales du 25 septembre 2016

Lors de sa dernière séance, le comité des Verts fribourgeois a adopté les mots d’ordre en vue des prochaines votations fédérales, le 25 septembre prochain. Le peuple est appelé à se prononcer sur les initiatives « Economie verte » et « AVS+ » ainsi que sur le référendum sur la loi sur le renseignement.

Initiative sur l’Economie verte

Les Verts fribourgeois appellent à voter « Oui » à l’initiative « Economie verte » qui permettra à la Suisse de favoriser l’émergence d’une économie durable et forte répondant aux défis liés au changement climatique et à l’épuisement des ressources naturelles. Il est évident que les coûts provoqués par l’inaction et l’attente ne vont pas diminuer.  Des objectifs clairs sont indispensables pour faire baisser significativement l’utilisation des ressources non renouvelables. A long terme, l’efficacité en matière de ressources est incontournable. Plus tôt la Suisse sera prête, plus nous renforcerons la compétitivité de notre économie. En adoptant cette initiative, le peuple permettra à la Suisse de se placer comme leader en matière d’innovation environnementale, de tenir ses engagements pris lors de la COP21 et de transmettre un monde préservé aux générations futures.

Initiative AVS+

Le comité cantonal s’est également prononcé en faveur de l’adoption de l’initiative AVS+ qui demande une augmentation des rentes AVS de 10% permettant ainsi aux personnes âgées de vivre dignement. L’augmentation de l’AVS est le moyen le plus équitable pour garantir des conditions de vies dignes aux retraités, notamment aux femmes, qui ne touchent pas toujours de 2ème pilier.

Référendum sur la LRens

Les Verts fribourgeois proposent la liberté de vote au sujet du référendum sur la loi sur le renseignement. Ils estiment que ce projet a le mérite de fixer un cadre aux services de renseignement, cadre inexistant actuellement, et qu’une adaptation aux nouvelles technologies est nécessaire. Ils constatent cependant que le projet permet à l’Etat d’empiéter sur la sphère privée (mise sous écoute) sans que l’on soupçonne la préparation d’une infraction. Ce texte seul ne permettra pas de combler les lacunes de la Suisse dans le domaine du renseignement en raison de la masse des données à traiter. C’est avant tout sur des moyens humains qu’il faut tabler pour lutter efficacement contre les menaces.