Loi sur l’aide sociale

Depuis de nombreuses années, l’aide sociale est confrontée à une complexification des parcours de vie et à des pressions politiques qui ont progressivement découlé vers l’adoption d’une logique punitive qui stigmatise des bénéficiaires. Alors que le nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté ne cesse d’augmenter dans tout le pays, que la crise sanitaire dévoile une partie de la pauvreté cachée, composée notamment de travailleurs·euses pauvres, l’axe principal de cette révision concerne principalement le frein des coûts et renvoie les justiciables à la responsabilité individuelle.

Pour les VERT·E·S, l’aide sociale doit s’inscrire dans un principe de solidarité et de responsabilité collective. Le droit à la dignité est au coeur de ces enjeux et de cette révision. Pour ces raisons et parce que la justice sociale est une condition nécessaire à toute société moderne ainsi qu’à une transition écologique devenue indispensable, il est urgent d’établir un réel changement de paradigme.

Suite à la lecture du message et de l’avant-projet, les VERT·E·S estiment nécessaires de :

  • Renforcer les mesures préventives et l’intégration sociale
  • Encourager la participation des personnes concernées
  • Supprimer l’obligation de rembourser l’aide sociale
  • Garantir un accès au logement
  • Renforcer les permanences sociales (guichets sociaux) dans les quartiers
  • Renforcer l’aide personnelle
  • Garantir une égalité de traitement pour les bénéficiaires de l’aide sociale

Retrouvez notre prise de position complète.