NON A LA ROUTE MARLY-MATRAN

Un projet démesuré

La liaison Marly-Matran, que le Canton a mise à l’enquête en décembre 2020, comprendra cinq ponts : le pont d’Hauterive (797 m de long) enjambera la Sarine et sera le deuxième pont le plus long du canton, derrière celui de la Poya (850 m). Le pont de Chésalles mesurera 203 m. Deux plus petits ouvrages sont prévus (17 et 13 m). Ensuite, un pont de 250 m est prévu, au-dessus du giratoire de la Crausa ! Cela nous donne un total de 1’280 m de ponts, pour une route de 3’500 m de long ! Sans compter le pont qui devra être construit par-dessus la Gérine pour relier le Marly Innovation Center à la liaison Marly-Matran : cet ouvrage devrait avoir une longueur de 80 m. Pourquoi un tel gaspillage d’argent public pour une route qui détruira de nombreuses terres arables, menacera la survie de plusieurs exploitations agricoles et portera une atteinte inacceptable au paysage ainsi qu’au site exceptionnel de l’abbaye d’Hauterive ?

Une route inutile

La route Marly-Matran n’est pas une route de contournement. C’est une liaison routière entre Matran et Marly qui ne permet de gagner que 3 à 4 minutes par rapport à la route existante qui passe par Hauterive (qui d’ailleurs devrait être élargie pour garantir la sécurité).

Cette route n’a pas de justification

Aujourd’hui, le Conseil d’Etat justifie cette route uniquement pour assurer un accès suffisant à la nouvelle zone d’activité stratégique Pré-aux-Moines, en face du Marly Innovation Center (MIC). Le développement de cette zone et la construction de la route sont orchestrés par le Canton, au détriment de la qualité de vie des habitants de Marly, alors que le MIC est encore largement sous-utilisé. Si la route Marly-Matran ne se fait pas, la zone Pré-aux-Moines redeviendra une zone agricole.

Cette route nuit aux agriculteurs

Plus de 108 oppositions ont été déposées contre cette route. Un record ! Plusieurs agriculteurs ont fait opposition contre cette route. En effet, de nombreuses terres arables fertiles seraient détruites. Des exploitations agricoles sont mises en danger par ce projet.

Des coûts démesurés

La route et ses ponts vont coûter très cher ! La route est pour l’instant devisée à 100 millions de francs (estimation 2017). La facture finale dépassera certainement le double de l’estimation initiale (200 millions) ! Il s’agit là d’un gouffre financier qui gaspillera des impôts ! Rappelons-nous le pont de la Poya, qui était devisé à 120 millions lors de la votation populaire et dont la facture finale s’est élevée à 210 millions ! La H189 à Bulle a connu un sort semblable…

Une route qui engendrera plus de trafic, plus de bruit

De très nombreuses études scientifiques démontrent qu’une nouvelle route augmente le trafic à moyen terme et qu’il y a rapidement de nouveaux bouchons, y compris sur l’axe nouvellement créé. Ceci est d’ailleurs confirmé par le Canton dans les documents de mises à l’enquête : en effet, sur la route de la Gruyère, une augmentation de 3’000 véhicules par jour est prévue pour 2027 et de 1’300 véhicules par jour, sur la route des Préalpes. Avec toutes les nuisances sonores et les problèmes de sécurité (notamment pour les enfants allant à l’école de Marly-Cité).

Jonction autoroutière à Matran déjà saturée et reports de trafic

La route de liaison Marly-Matran débouche sur une jonction autoroutière à Matran qui est déjà saturée, avec tous les centres commerciaux qui s’y trouvent. De plus, la liaison créera une augmentation de la circulation sur la route de la Glâne, à Villars-sur-Glâne (+4’700 véhicules par jour selon le Canton), qui connait déjà de nombreux bouchons. Le village de Posieux aura lui aussi une augmentation de la circulation.

Ce que nous proposons

Pour faire face à l’augmentation de la population, il nous faut investir dans des solutions moins coûteuses et plus efficaces : des transports publics efficaces, des parkings Park & Ride, une mobilité douce (à pied, vélo et vélo électrique) et le covoiturage. A la fin 2021, Marly aura deux lignes de bus supplémentaires : une desservira le MIC et l’autre desservira le Nord de Marly.

Yvan Maillard Ardenti, co-président de l’association « Non à la route Marly-Matran ».